Traduction juridique : faire appel à un prestataire spécialisé

Traduction juridique

On vit dans des sociétés où la mondialisation gagne du terrain et appose ses marques. Effectivement, on assiste à des unions de deux personnes de nationalités différentes. On fait face à différents types de contrats de mariage, de successions, etc. Ces situations posent problème sur le plan juridique. Il faut ainsi faire appel à une agence de traduction.

Quelles sont les fonctions d’un traducteur juridique ?

Faire une traduction juridique est une tâche difficile qui requiert du savoir-faire. En effet, ce travail ne consiste pas seulement à traduire littéralement un document écrit dans une autre langue. Il demande de la compétence et une certaine maîtrise de la langue mère du côté du traducteur. Effectivement, celui-ci doit connaître toutes les règles qui régissent la langue cible. Cette dernière étant la langue dans laquelle le document va être traduit. Outre, la maîtrise de la langue cible, il doit également être fort dans la langue source.

Il est souhaitable que la personne prestataire de traduction soit un spécialiste en droit. Ce domaine dispose d’un langage qui lui est particulier. On y rencontre des terminologies scientifiques, voire même techniques. La maîtrise de ces dernières est impérative dans la mesure où la traduction doit être fidèle au document original.

Un traducteur, dans le domaine juridique, doit être également une personne forte en rédaction. En effet, il doit effectuer une traduction de qualité et irréprochable.

C’est pour ces raisons qu’il est important de demander à une agence de traduction de se charger de cette tâche. Si vous êtes à la recherche d’une telle agence, visitez le site http://www.sotratech.com.

Quelles sont les différentes sortes de traduction auxquelles on peut recourir ?

Il existe deux types de traduction : libre ou certifiée. Les directives concernant la traduction d’un document juridique émanent toujours du tribunal. Elles dépendent également du type de document. Dans certains cas, pour traduire un dossier, une assermentation n’est guère nécessaire. On parle alors d’une traduction libre. Dans d’autres cas, on doit s’adresser à un prestataire de traduction assermenté. Celui-ci est rattaché à la Cour d’appel ou a reçu une agrégation de la Cour de cassation. Le document délivré par une personne assermentée présente une valeur notoire aux yeux des autorités.

Cependant, pour que le document soit certifié et soit considéré comme conforme à l’original, le traducteur doit suivre certaines règles. Il doit le traduire et y apposer sa signature.

Le traducteur assermenté doit respecter à la lettre les demandes des autorités, que ces dernières soient d’ordre judiciaire ou administratif. Cela permet également une anticipation au niveau du coût de la prestation et des délais d’exécution.

Quels sont les critères de choix d’une agence de traduction ?

Délais, prix et confidentialité sont des points qu’il faut prendre en compte lorsqu’on s’engage à faire traduire un document juridique. Prévoir un délai est important dans la mesure où une traduction demande du temps. Si on veut avoir notre document dans les temps imposés, il faut se fixer une date d’échéance avec notre traducteur. C’est capital si on s’adresse à un traducteur assermenté. En effet, ces derniers ne sont pas nombreux. Les quelques-uns qui existent sont très sollicités.

Le coût de la prestation d’un traducteur juridique dépend surtout de la difficulté du travail à effectuer. Si vous lui soumettez un dossier urgent, celui-ci pourrait vous demander des coûts supplémentaires.

Enfin, les documents juridiques sont la plupart du temps secrets. Vous devez, de ce fait, inclure dans vos critères de choix le respect de la confidentialité. De cette manière, vous pourrez protéger facilement vos données.